Vidéos Futur.e.s
< Toutes les vidéos
10 février 2022

n°4 – Cédric villani : #MaPlace, Changer ses habitudes pour un monde durable et une société plus inclusive

Dans cette dernière partie « Ma Place », nos invités nous éclairent sur la question de la place et du rôle des citoyens dans la société. L’occasion pour Cédric Villani de revenir sur des questions qui lui sont chères, telles que l’inclusivité pour les personnes en situation de handicap, la décroissance, ou encore, le réchauffement climatique.

Une société plus inclusive

Selon Cédric Villani, le handicap est un sujet majeur, dont nous devons plus parler dans le débat public et pour lequel l’éducation doit être plus inclusive.

« Il nous faut aller vers plus d’inclusion en France […] la technologie jouera un rôle »

Sur le sujet des avancées technologiques justement, Adélaïde Zulfikarpasic, Directrice de BVA Opinion, revient sur les résultats d’un sondage BVA exclusif selon lequel les Français seraient encore très partagés sur le fait de bénéficier des découvertes scientifiques ou techniques pour améliorer leur conditions physiques ou intellectuelles : 45% sont pour contre 44% contre.

Cédric Villani souligne l’importance de ces avancées pour trouver des solutions notamment face au handicap, tout en mettant en garde sur l’éthique de certaines pratiques.

Sommes-nous prêts pour la décroissance ?

 « On ne peut pas continuer comme ça à continuer à raisonner en terme de croissance, de PIB, à faire grimper tous les indicateurs, et à aller dans le mur ! »

Selon notre étude exclusive BVA, les gens (jeunes et moins jeunes) ont conscience qu’il faut agir pour l’environnement, mais ne sont pas forcément prêt à renoncer à leur confort. Cédric Villani nous fait alors part de sa confiance en la jeune génération, qui selon lui est plus prête à modifier ses habitudes pour, in fine, avoir une meilleure qualité de vie.

« L’avion décarboné : il y a de très prometteuses recherches […] qui seront matures peut-être dans 20 ou 25 ans mais pour l’instant nous n’y sommes pas. Aujourd’hui la seule méthode rigoureuse qui garantit de décarboner le secteur s’appelle la réduction du nombre de vols […] c’est une question de bon sens. »