>

Elytweet n°22 – Semaine du 07 au 13 mars 2022

Ce baromètre Elytweet permet d’analyser l’agenda setting, c’est-à-dire la capacité du côté des candidats à l’élection présidentielle, de leur formation politique et de leur entourage à imposer certaines thématiques à l’agenda médiatique sur Twitter. Il s’agit également de s’intéresser à la visibilité que donnent des journalistes politiques et éditorialistes sur Twitter à ces candidats et formations.

INDICE d’alignement* – semaine du 07 au 13 mars

*Indice, de 1 à 10, qui permet de voir l’alignement des sujets abordés par les comptes Twitter des différents candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022 et de leurs soutiens partisans et ceux abordés par les comptes Twitter des journalistes éditorialistes politiques au cours de la période écoulée

INDICE DE VISIBILITÉ *semaine du 07 au 13 mars

*Pourcentage des tweets émis par les comptes Twitter des journalistes politiques et éditorialistes politiques qui citent au moins une fois le nom de l’un des candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022, de leur entourage respectif et de leur formation politique.


Le volume de tweets consacré à la guerre en Ukraine et au coronavirus continue de décroître. Il n’y a plus que 13 % des hashtags parmi les plus employés par les candidats qui font référence au conflit, alors qu’il y en avait environ 50 % il y a encore deux semaines. Contrairement à la profusion de hashtags observés sur les deux dernières semaines (#StandWithUkraine…), #Ukraine est désormais le seul hashtag qui subsiste.

À cette franche diminution s’oppose une diversification des sujets abordés, tant par les journalistes et commentateurs sur Twitter que par les candidats.

Il est intéressant de noter que deux des dix sujets à l’agenda sont liés à des propositions d’Emmanuel Macron candidat : la suppression de la redevance télé d’une part et le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans d’autre part. Les propositions de réformes qu’il fait sont largement commentées sur les réseaux sociaux, aussi bien du côté des journalistes qu’auprès des candidats et leur entourage.

En ce sens, le président de la République, désormais candidat à sa succession, parvient à imposer ses sujets à l’agenda des autres candidats. À cette capacité, s’ajoute le fait qu’il soit la cible privilégiée des attaques de ses concurrents, à l’exception notable de Yannick Jadot et Anne Hidalgo qui ne le citent que rarement. En outre, l’organisation du sommet européen à Versailles dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne finit d’asseoir sa très forte visibilité en ligne. Ainsi, bien qu’il doive affronter des critiques, l’agenda politique est tel qu’il concentre toute l’attention médiatique et politique.

Cependant, à un mois du premier tour, les candidats sont particulièrement tournés vers leur propre campagne et essayent de donner de la visibilité à des temps forts, tels que les meetings. C’est notamment le cas de Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel et Anne Hidalgo à travers les hashtags #MelenchonChiffrage, #DemandezLeProgramme et #HidalgoRennes.

Parallèlement, la journée du 8 mars – ou journée internationale des droits des femmes – a occupé une place centrale dans les discussions de la première partie de la semaine écoulée, se traduisant en partie par un volume important de hashtags utilisés. Si la plupart des candidats se sont cantonnés à des hashtags classiques, évoquant simplement la date (#8mars, #8mars2022), Marine Le Pen et Éric Zemmour ont quant à eux décidé de mobiliser plus particulièrement leurs militantes avec des hashtags spécifiquement dédiés : #LesFemmesAvecMarine et #LesFrançaisesAvecZemmour. Cela leur a alors permis de décliner des mesures pour les femmes ou encore de donner du temps de parole à des militantes et soutiens de premier ordre, comme Marion Maréchal avec Éric Zemmour. En outre, grâce à cette sur-mobilisation de l’extrême droite sur Twitter, des thématiques à propos desquelles elle est souvent décriée par les associations de droit des femmes et le champ médiatique et politique se sont imposées. En ce sens, l’extrême droite a réussi à contourner une relative invisibilité dans la sphère publique sur les questions relatives au féminisme.

Néanmoins, d’autres candidats ont également tenté de rayonner lors de cette journée, à l’instar d’Anne Hidalgo et son entourage, qui se sont fortement mobilisés sur Twitter. Outre un volume important de tweets, c’est surtout la diversité des hashtags en lien avec la journée qui distingue la candidate socialiste sur la période. En effet, parmi les dix hashtags les plus utilisés par la candidate et son entourage, cinq se réfèrent directement au 8 mars : #8mars, #8mars2022, #JournéeDroitDesFemmes, #JournéeDesDroitsDesFemmes… Toutefois, malgré une forte mobilisation sur un sujet porteur qui a marqué la première partie de la semaine, elle n’obtient que 5,6 % de visibilité auprès des journalistes.

Enfin, si la marche du 8 mars a immanquablement constitué un temps fort de la semaine, dont aucun candidat n’a fait l’économie, cela n’en a pas été de même pour la marche climat du samedi 12 mars qui peine à émerger dans les publications Twitter, en dehors des candidats qui accordent une place centrale à l’écologie dans leur discours, Yannick Jadot en tête. Quatre de ses dix hashtags les plus utilisés y font en effet référence. En conséquence, la marche n’a obtenu qu’un écho très limité auprès des journalistes et commentateurs sur Twitter, même si plusieurs candidats y ont pris part.


Anthony Dos Santos
Anthony Dos Santos

Co-fondateur / Directeur associé chez Uptowns 👀