>

Elytweet n°21 – Semaine du 28 Février au 06 mars 2022

Ce baromètre Elytweet permet d’analyser l’agenda setting, c’est-à-dire la capacité du côté des candidats à l’élection présidentielle, de leur formation politique et de leur entourage à imposer certaines thématiques à l’agenda médiatique sur Twitter. Il s’agit également de s’intéresser à la visibilité que donnent des journalistes politiques et éditorialistes sur Twitter à ces candidats et formations.

INDICE d’alignement* – semaine du 28 février au 06 mars

*Indice, de 1 à 10, qui permet de voir l’alignement des sujets abordés par les comptes Twitter des différents candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022 et de leurs soutiens partisans et ceux abordés par les comptes Twitter des journalistes éditorialistes politiques au cours de la période écoulée

INDICE DE VISIBILITÉ *semaine du 28 février au 06 mars

*Pourcentage des tweets émis par les comptes Twitter des journalistes politiques et éditorialistes politiques qui citent au moins une fois le nom de l’un des candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022, de leur entourage respectif et de leur formation politique.


Cette semaine écoulée a de nouveau été rythmée par l’actualité relative à la guerre en Ukraine. Le volume de tweets sur le sujet est similaire à celui de la semaine précédente, à savoir un tiers du corpus. De leurs côtés, les hashtags utilisés pour évoquer le conflit sont toujours très variés : des hashtags simples (#Ukraine, #Russie) mais également des hashtags en anglais, qui participent à inscrire les candidats qui les utilisent dans une mobilisation plus large et internationale (#IStandWithUkraine).

 À noter également, un quart des 100 hashtags les plus utilisés se réfère à la guerre en Ukraine. Si un volume important de tweets du côté des journalistes se réfère à l’évolution du conflit, à la situation militaire ou encore à la situation des civils, l’enjeu de la présidentielle demeure tout aussi présent sur ce sujet. Que ce soit sur des plateaux télévisés interposés ou sur Twitter, plusieurs candidats tentent de mettre certains de leurs concurrents en défaut en exhumant d’anciennes prises de position vis-à-vis de la Russie et spécifiquement de Vladimir Poutine. Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Éric Zemmour sont à cet égard particulièrement pointés. Si les candidats affirment leur vision des relations diplomatiques, ils consacrent un nombre non-négligeable de tweets – Anne Hidalgo, Yannick Jadot et leur entourage en premier lieu – à critiquer leurs concurrents dans le cadre de l’élection présidentielle.

Dans le même temps, les candidats sont plus alignés avec les journalistes et commentateurs sur Twitter que dans le baromètre précédent. On assiste à une diversification des sujets abordés. Parmi les plus notables, le Salon de l’agriculture est aussi bien commenté par les journalistes que les candidats et leur entourage, ces derniers mettant particulièrement en scène leur visite du salon à des fins de valorisation.

Cet événement donne alors l’opportunité à chacun d’entre eux de développer des éléments de programme relatifs aux questions agricoles ou de mettre en scène leur rapport aux terroirs (territoires). Photos et vidéos à l’appui, ils sont ainsi plusieurs à déployer l’imaginaire de leur campagne présidentielle sur le réseau social. C’est par exemple le cas de Fabien Roussel qui a mis en valeur la production viticole française, comme un clin d’œil aux propos qu’il avait tenus en janvier dernier sur la France et la gastronomie.

Parallèlement, l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron ne laisse aucun candidat indifférent et figure notamment dans les sujets les plus évoqués par Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse, Éric Zemmour et leur entourage.

Ces quatre candidats, qui s’érigent régulièrement comme les principaux opposants et concurrents à Emmanuel Macron, se sont alors illustrés par leur mobilisation et celle de leurs soutiens, avec entre autres des campagnes de hashtags dédiés (#SansLui, #StopMacron) et des déclarations critiques envers sa lettre aux Français.

À noter, certains sujets figurent parmi les grands absents de la semaine : le retrait de la candidature de Christiane Taubira et le ralliement de la Primaire populaire à Jean-Luc Mélenchon. De même, si la publication du dernier rapport du GIEC figure dans les sujets les plus abordés par Yannick Jadot et son entourage, elle n’a été que très peu abordée par les autres candidats, ainsi que les journalistes et commentateurs sur Twitter. En ce sens, le candidat écologiste n’est pas parvenu à imposer à l’agenda médiatique et politique un rapport qui aurait pu constituer un temps fort d’une campagne écologiste. À l’inverse, et quand bien même la guerre en Ukraine domine toute l’actualité, Éric Zemmour est parvenu à faire du ralliement de Marion Maréchal à sa campagne un événement largement commenté sur Twitter.

S’agissant d’Éric Zemmour, il est intéressant de noter qu’après quelques semaines d’une campagne jugée en perte de vitesse, il amorce à l’occasion de cette semaine et son meeting de Toulon un tournant de sa campagne. C’est en effet ce que semble indiquer son plus fort taux d’alignement jamais enregistré depuis la création du baromètre et un taux de visibilité qui se maintient sur une trajectoire ascendante depuis quelques semaines.


Anthony Dos Santos
Anthony Dos Santos

Co-fondateur / Directeur associé chez Uptowns 👀