>

Elytweet n°16 – Semaine du 24 au 30 janvier 2022

Ce baromètre Elytweet permet d’analyser l’agenda setting, c’est-à-dire la capacité du côté des candidats à l’élection présidentielle, de leur formation politique et de leur entourage à imposer certaines thématiques à l’agenda médiatique sur Twitter. Il s’agit également de s’intéresser à la visibilité que donnent des journalistes politiques et éditorialistes sur Twitter à ces candidats et formations.

INDICE d’alignement* – semaine du 24 au 30 JANVIER

*Indice, de 1 à 10, qui permet de voir l’alignement des sujets abordés par les comptes Twitter des différents candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022 et de leurs soutiens partisans et ceux abordés par les comptes Twitter des journalistes éditorialistes politiques au cours de la période écoulée

INDICE DE VISIBILITÉ *semaine du 24 au 30 JANVIER

*Pourcentage des tweets émis par les comptes Twitter des journalistes politiques et éditorialistes politiques qui citent au moins une fois le nom de l’un des candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022, de leur entourage respectif et de leur formation politique.


Si le coronavirus est encore le sujet – et ce de très loin – le plus commenté par les journalistes et éditorialistes sur Twitter, il l’a beaucoup moins été du côté des candidats et de leur entourage. Le coronavirus ne figure ainsi plus parmi les préoccupations les plus importantes des candidats, exception faite des membres de l’exécutif et de Nicolas Dupont-Aignan qui restent extrêmement mobilisés sur la question de la vaccination.

La question des alliances et de la configuration des candidatures, ainsi que de leur soutien, donne lieu à un volume important de tweets, tant à gauche qu’à droite de l’échiquier politique.

Les journalistes ont prêté une attention particulière à la Primaire populaire, dont le résultat a été dévoilé dimanche 30 janvier. Ils se sont également intéressés à la candidature de Christiane Taubira, sans nécessairement l’associer à la primaire qu’elle a remportée. Du côté de la droite et de l’extrême droite, ce sont les revirements possibles des soutiens de Marine Le Pen vers Eric Zemmour qui retiennent l’attention. Des spéculations qui font notamment suite aux propos tenus par Marion Maréchal et Nicolas Bay. Cette situation permet d’expliquer l’alignement globalement bas des candidats et de leur entourage, puisque chaque candidat s’avère tourné vers les sujets qui concernent de manière plus immédiate son camp politique. Désormais, les principales expressions mises en lumière par les candidats et leur entourage sont dédiées à leur campagne : “Union Populaire” (Jean-Luc Mélenchon), “La France des jours heureux” (Fabien Roussel), “M La France” (Marine Le Pen) ou encore “Jadot 2022” (Yannick Jadot) enregistrent ainsi les plus forts volumes d’occurrences, leur permettant de rassembler leurs forces militantes en ligne à près de soixante-dix jours du premier tour de la présidentielle.

Cependant, si les candidats peinent à mettre à l’agenda politique et médiatique leurs propres sujets, certains temps comme les meetings ou les émissions télévisées leur permettent de s’imposer ponctuellement dans le paysage en focalisant spécifiquement l’attention des journalistes. Deux moments télévisuels figurent ainsi parmi les sujets les plus importants de la semaine.

En premier lieu, un reportage de Zone Interdite sur le fondamentalisme religieux à Roubaix a suscité, et suscite encore, beaucoup de commentaires, tant du côté des politiques que des journalistes sur Twitter. Les candidats de droite et d’extrême droite investissent énormément le sujet en termes de volume de tweets. Les proches de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour, comme Gilbert Collard, ont ainsi contribué à créer la polémique autour des “poupées sans visage” et à imposer plus largement la question de l’immigration sur le devant de la scène. Si une partie de la gauche a tenté de souligner que le problème principal de Roubaix était la pauvreté et non l’immigration, c’est bien sous l’angle de ce dernier que le sujet s’est imposé dans les médias.

Dans un second temps, l’émission “Face à Baba” de Cyril Hanouna mettant une nouvelle fois face à face Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour a particulièrement agité la fin de semaine. Si les équipes se sont largement engagées sur Twitter pour soutenir leur candidat et faire montre de leur force de mobilisation, les journalistes et commentateurs ont porté un regard relativement critique sur ce moment, tendant à déplorer l’attitude fermée de Jean-Luc Mélenchon, notamment face à un policier de la BAC. Si l’émission permet au candidat insoumis de dépasser pour la seconde fois les 10% de visibilité auprès des journalistes, celle-ci se fait toutefois à son détriment.

Enfin, la crise en Ukraine avec la Russie a été principalement abordée par les membres du gouvernement et l’eurodéputée Nathalie Loiseau. A noter néanmoins quelques prises de parole opportunes de proches des autres candidats sur ce sujet afin d’exposer leur vision des relations internationales, spécifiquement avec la Russie ou encore sur la question de l’accès au gaz qui est en jeu dans cette crise.


Anthony Dos Santos
Anthony Dos Santos

Co-fondateur / Directeur associé chez Uptowns 👀