>

Elytweet n°15 – Semaine du 17 au 23 janvier 2022

Ce baromètre Elytweet permet d’analyser l’agenda setting, c’est-à-dire la capacité du côté des candidats à l’élection présidentielle, de leur formation politique et de leur entourage à imposer certaines thématiques à l’agenda médiatique sur Twitter. Il s’agit également de s’intéresser à la visibilité que donnent des journalistes politiques et éditorialistes sur Twitter à ces candidats et formations.

INDICE d’alignement* – semaine du 17 au 23 JANVIER

*Indice, de 1 à 10, qui permet de voir l’alignement des sujets abordés par les comptes Twitter des différents candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022 et de leurs soutiens partisans et ceux abordés par les comptes Twitter des journalistes éditorialistes politiques au cours de la période écoulée

INDICE DE VISIBILITÉ * – semaine du 17 au 23 JANVIER

*Pourcentage des tweets émis par les comptes Twitter des journalistes politiques et éditorialistes politiques qui citent au moins une fois le nom de l’un des candidats déclarés ou présumés à l’élection présidentielle de 2022, de leur entourage respectif et de leur formation politique.


La semaine qui s’est écoulée se trouve dans le prolongement de la semaine précédente : le coronavirus constitue encore le sujet le plus évoqué par les journalistes et commentateurs sur Twitter. La pandémie est également mentionnée par une grande partie des candidats et leur entourage. La semaine passée est également marquée par la fin de la campagne d’Arnaud Montebourg qui quitte donc le baromètre Elytweet et par l’entrée de Christiane Taubira.

La situation à gauche figure pour la troisième semaine consécutive dans les sujets les plus évoqués. Cette semaine, la Primaire populaire bénéficie d’une médiatisation conséquente et met particulièrement en lumière Christiane Taubira auprès des journalistes, puisqu’elle a accepté de prendre part à ce scrutin.

Parallèlement, les discussions à l’Assemblée nationale figurent de nouveau parmi les sujets qui attirent le plus l’attention des journalistes. Après l’endométriose, c’est le vote d’une résolution concernant la reconnaissance d’un génocide des Ouïghours qui a retenu l’attention des journalistes et commentateurs sur Twitter. Ce sujet a occupé une place importante dans la semaine puisqu’il a déclenché une polémique concernant l’abstention des députés insoumis présents dans l’hémicycle. La résolution en partie portée par les socialistes n’a pas augmenté la part de visibilité de ces derniers.

Quant à la candidate issue du Parti socialiste, elle a été mise en visibilité à ses dépens puisque les journalistes et commentateurs sont revenus sur le meeting d’Aubervilliers.

Ce n’est pas le contenu du discours qu’ils ont mis en avant mais le fait qu’il y avait peu de personnes dans la salle.

Deux sujets ont été commentés par la plupart des candidats, exception faite d’Éric Zemmour et de son entourage qui mettent en avant des sujets propres à leur campagne. Il s’agit d’une part des révélations de Mediapart à propos de l’annonce du protocole scolaire de Jean-Michel Blanquer depuis Ibiza et d’autre part du discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement européen dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne. Les candidats ont pris parti sur les deux sujets, en exprimant parfois des revendications très fortes dans le cas des vacances à Ibiza de Jean-Michel Blanquer. Certains candidats comme Yannick Jadot ou Jean-Luc Mélenchon ont en effet appelé à la démission du ministre de l’Éducation nationale. Si les révélations concernant ce dernier ont donné lieu à un volume important de tweets, les revendications de certains candidats ne se sont pas imposées auprès des journalistes et commentateurs.

Lorsque ces derniers ont parlé d’Emmanuel Macron et de son entourage, ils ont surtout évoqué les évolutions du protocole sanitaire annoncées par Jean Castex et le discours devant le Parlement européen. Si les propos des adversaires politiques (Manon Aubry, Yannick Jadot et Jordan Bardella) ont été relayés par les journalistes, ces derniers ont surtout mis en avant les grandes orientations du discours. En ce sens, la médiatisation de ce moment qui a suscité un volume important de tweets n’a pas permis aux eurodéputés d’imposer leurs analyses auprès des journalistes.

Ainsi, tant concernant les révélations de Mediapart que le discours du président, les analyses des oppositions n’ont pas été relayées par les journalistes.


Anthony Dos Santos
Anthony Dos Santos

Co-fondateur / Directeur associé chez Uptowns 👀