INTENTIONS DE VOTE vague 10 – 18/03/2022

Télécharger le rapport
Election Présidentielle 2022

Après avoir frémi la semaine dernière, l’intérêt des Français pour la campagne diminue à nouveau. L’intention de participer au scrutin retrouve par ailleurs quasiment son plus bas niveau. A un peu plus de trois semaines du 1er tour, l’élection ne semble guère passionner les Français. Le pouvoir d’achat apparaît comme le principal déterminant du vote. Tels sont les principaux résultats de notre 10ème vague d’enquête pré-électorale en partenariat avec Orange et RTL.

L’intérêt pour la campagne à son plus bas niveau

  • Le regain d’intérêt pour l’élection aura été de courte durée. La semaine dernière, 74% des Français inscrits sur les listes électorales déclaraient s’intéresser à cette élection. Ils ne sont plus que 69% cette semaine (-5). Ce niveau d’intérêt est nettement moins élevé qu’en 2017 à pareille échéance du scrutin (74%). L’émission de lundi sur TF1 à laquelle ont participé 8 des 12 candidats n’aura eu aucun impact, à l’image de son audience décevante par rapport aux débats d’il y a 5 ans.
Intérêt pour élection présidentielle 2022 - France - mars 2022 - BVA RTL Orange
  • Les 18-24 ans, qui pour beaucoup voteront pour la 1e fois, manifestent un intérêt élevé pour le scrutin (77%). Même chose pour les plus âgés (76% des 65 ans et plus). C’est moins le cas des tranches d’âges intermédiaires. Les 35-49 ans ne sont que 62% à se dire intéressés. Les employés et ouvriers (64%) sont également nettement moins nombreux que les cadres (83%) à porter de l’attention à cette élection.
  • Corollaire de ce faible intérêt : seulement 71% des Français déclarent aujourd’hui avoir l’intention d’aller voter. C’est nettement moins que la semaine dernière (-5), alors même que la connaissance de la date du 1er tour commence à se préciser dans leur esprit (48% ; +4). 29% des inscrits aujourd’hui ne sont pas certains d’aller voter. Si cela se confirmait dans les urnes le 10 avril prochain, le niveau d’abstention serait similaire à celui observé le 21 avril 2002 (28,4%), le plus haut jamais enregistré pour une élection présidentielle.
Evolutions intention participation - présidentielle 2022 - BVA RTL Orange - mars 2022
Intentions de participation – Evolutions – BVA RTL Orange – mars 2022

pouvoir d’achat : plus que jamais, principal déterminant du vote

  • Le pouvoir d’achat reste le principal sujet qui comptera – et de façon importante pour 73% des Français – dans leur choix d’aller voter ou non. C’est particulièrement le cas des catégories dont on a vu précédemment qu’elles s’intéressaient moins au scrutin : les 35-49 ans (75%), les 50-64 ans (78%), ou encore les employés et ouvriers (77%). 
Thématiques qui compteront dans le choix du 1er tour - présidentielle 2022 - BVA RTL Orange - mars 2022
  • La préoccupation du pouvoir d’achat, présente depuis longtemps, s’est renforcée depuis le début de la crise ukrainienne. L’impact sur les prix du carburant se fait ainsi d’ores et déjà ressentir chez 78% des Français. Notamment parmi ceux qui vivent en zone rurale (88%) ou les employés et ouvriers (86%). Les personnes concernées déplorent surtout la hausse de leur budget déplacements (51%) mais aussi la nécessité de renoncer à certains déplacements pour cette raison (41%). La focalisation des Français sur le pouvoir d’achat puise donc sa source dans des éléments tangibles qu’ils déclarent vivre au quotidien. Leur désintérêt pour cette élection s’explique peut-être par l’absence de réponses jugées convaincantes sur le sujet du pouvoir d’achat.

Emmanuel Macron maintient sa très nette avance dans les intentions de vote

  • Comme la semaine dernière, Emmanuel Macron est crédité de 30% des intentions de vote, très loin devant ses concurrents. Il bénéficie toujours d’un double avantage par rapport aux autres candidats.
  • Son socle électoral ne cesse de se renforcer. 85% de ses électeurs potentiels se disent désormais sûrs de leur choix (+5). Aucun autre candidat ne bénéficie d’une telle solidité du choix.
  • Il parvient à élargir son électorat par rapport à 2017. Il peut ainsi compter sur une très large partie de ses électeurs de 2017. 78% revoteraient pour lui – un niveau qu’aucun candidat présent en 2017 n’atteint, que ce soit Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Il séduit en même temps une part grandissante d’électeurs de François Fillon (30% ; +5).
Intentions de vote Tour 1 - présidentielle 2022 - BVA RTL Orange - mars 2022

Marine Le Pen semble favorite pour la qualification au second tour

  • Avec 18% des intentions de vote (+1), Marine Le Pen retrouve son niveau d’avant la crise ukrainienne, comme si la séquence n’avait pas eu de prise significative sur ses électeurs. Ces derniers placent le pouvoir d’achat en tête de leurs motivations de vote (82% contre 73% en moyenne). Ils accordent probablement moins d’importance aux enjeux internationaux. La candidate du Rassemblement national fait ses meilleurs scores auprès des 25-34 ans (34%) et des employés et ouvriers (35%). Auprès de ces derniers, elle arrive en tête loin devant tous les autres candidats.
  • Elle bénéficie également d’un socle électoral solide. 79% de ses électeurs potentiels se disent sûrs de leur choix (+2). L’écart qui la sépare de ses principaux challengers est désormais en dehors des marges d’erreur. Même si tout, bien sûr, peut encore évoluer en 3 semaines, elle apparaît aujourd’hui comme étant la candidate la plus en mesure de se qualifier pour le second tour.
  • Dans l’hypothèse où elle y parviendrait face au Président sortant, et si l’élection avait lieu dimanche prochain, elle recueillerait 42% des suffrages (+1) contre 58% pour Emmanuel Macron (-1). Elle serait donc battue, mais avec un score bien meilleur que celui qu’elle a obtenu en 2017 (34%). Elle bénéficie donc à ce stade d’une dynamique plutôt favorable.

Au coude à coude, Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon sont distancés

  • Eric Zemmour peine à trouver un second souffle dans cette campagne. Les intentions de vote en sa faveur stagnent ainsi à 13% depuis deux vagues. Certes, il peut compter sur un noyau dur de soutiens (75% de ses électeurs potentiels sont sûrs de leur choix). Il capte une part significative d’électeurs de Marine le Pen de 2017 (22%). Mais il peine à élargir son socle électoral.
  • Avec 13% d’intentions de vote également, Jean-Luc Mélenchon confirme au contraire une certaine dynamique en sa faveur (+0,5 par rapport à la semaine dernière, +4 depuis début février). Une progression également mesurable en termes de visibilité sur Twitter, telle que le relève notre dernier Elytweet. Même si c’est désormais moins net au regard de l’écart qui se creuse entre lui et Marine le Pen, il peut toutefois espérer une qualification au second tour. Aucun autre candidat de gauche ne peut pour le moment y prétendre. Yannick Jadot est ainsi crédité de 5,5% des intentions de vote, comme la semaine dernière, devant Fabien Roussel (3,5% ; +0,5) et Anne Hidalgo (2,5% ; stable). Nathalie Artaud et Philippe Poutou recueilleraient moins de 1% des voix.
  • S’il bénéficie d’une dynamique à l’image de celle qu’il avait connue lors des précédentes présidentielles, Jean-Luc Mélenchon n’atteint toutefois pas le niveau d’intentions de vote qui était le sien à pareille échéance du scrutin en 2017 (15%). Il ne fidélise que 53% de ses électeurs de 2017 (-11 depuis la précédente vague). Son socle semble plus fragile que les autres candidats. Seulement 62% de ses électeurs potentiels se disent sûrs de leur choix (-14).

Valérie Pécresse en perte de vitesse

  • Principale évolution de notre enquête : Valérie Pécresse voit les intentions de vote en sa faveur diminuer depuis la semaine dernière (10% ; -2), ce qui l’éloigne à ce stade d’une qualification pour le second tour. La candidate LR suscite de plus en plus le doute auprès de ses électeurs potentiels. Seulement 58% d’entre eux se disent sûrs de leur choix (-10).
  • Par ailleurs, elle a toujours beaucoup de mal à reconstituer l’électorat de droite classique qui avait voté pour François Fillon en 2017. 38% d’entre eux ont désormais l’intention de voter pour elle (-9), ces derniers étant de plus en plus attirés par Emmanuel Macron (30% ; +5) ou Eric Zemmour (25% ; +6). A l’exception des plus âgés auprès desquels elle arrive en tête (33% des 75 ans et plus ont l’intention de voter pour elle), elle est distancée dans des segments de population traditionnellement favorables à la droite (13% des 65-74 ans et 11% des catégories socio-professionnelles aisées ont l’intention de voter pour elle, lui préférant largement Emmanuel Macron).
Indice de volatilité - présidentielle 2022 - mars 2022 - BVA RTL Orange

Rappelons qu’à moins d’un mois du premier tour, rien n’est encore joué. 38% des personnes certaines d’aller voter n’expriment ainsi pas d’intention de vote ou indiquent pouvoir encore changer d’avis.

A très vite pour notre prochaine vague d’intentions de vote !

CHRISTELLE CRAPLET
CHRISTELLE CRAPLET

Directrice de projet Présidentielle 2022

Télécharger le rapport