Observatoire de la politique nationale BVA-Orange-RTL / Janvier 2022

Télécharger le rapport

Nette baisse des cotes de popularité pour Emmanuel Macron (38% ; -6) et Jean Castex (36% ; -7) ; adhésion majoritaire, mais pas massive (60%) des Français au pass vaccinal ; près d’un Français sur deux (48%) se déclare choqué par les révélations de Mediapart concernant Jean-Michel Blanquer. Tels sont les principaux enseignements de la dernière vague de notre baromètre mensuel réalisé avec RTL et Orange.

Emmanuel macron & JEan castex : cotes de popularité en nette baisse

Seuls 38% des Français déclarent avoir une bonne opinion d’Emmanuel Macron, soit 6 points de moins qu’en décembre. C’est la première fois depuis juin 2021 que la cote de popularité du Président passe sous la barre des 40%. Même tendance pour Jean Castex, dont la popularité s’inscrit dans les pas de celle du Président depuis plusieurs mois maintenant : 36% des Français déclarent avoir une bonne opinion du premier ministre, soit 7 points de moins qu’en décembre, à un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis avril 2021

Dans le détail, Emmanuel Macron perd des points auprès des personnes âgées (40% de bonnes opinions, – 6) et des employés et ouvriers (32%, -6). Sur le plan politique, les clivages se réactivent à l’approche de l’élection présidentielle : si les sympathisants LREM font bloc derrière le Président (95%, +2), il perd beaucoup de crédit auprès des sympathisants de gauche (31%, -14) comme de droite (34%, -15).

Ces évolutions sont sans doute le reflet d’une séquence difficile pour l’exécutif en ce début d’année entre les polémiques qui s’enchaînent (drapeau sous l’Arc de triomphe, propos sur les non-vaccinés, révélations de Médiapart sur Jean Michel Blanquer) et la situation sanitaire qui reste tendue. Notons que les interviews ont eu lieu avant les annonces sur le calendrier de levée des restrictions.

Popularité Emmanuel Macron & Jean Castex - janvier 2022 - BVA Orange RTL

A moins de 3 mois du premier tour de la Présidentielle et alors qu’il n’est pas encore officiellement candidat, Emmanuel Macron bénéficie toutefois d’une cote de popularité qui reste supérieure à celle de ses prédécesseurs à la même période, que ce soit Nicolas Sarkozy (32% en janvier 2012, il n’avait pas encore annoncé qu’il était candidat à sa réélection) ou François Hollande (24% en janvier 2017, il avait déjà indiqué qu’il ne briguerait pas un second mandat)

PASS vaccinal : les français plutôt favorables, dans des proprotions relativement limitées (60%)

Une majorité de Français se dit favorable au Pass vaccinal (60%) mais dans des proportions moindres que ce que l’on avait pu observer par le passé sur des sujets connexes en novembre dernier, 70% se disaient ainsi favorables à la généralisation de la troisième dose, par exemple.

Une minorité non négligeable de Français (40%) affiche son opposition au Pass vaccinal proposé par Emmanuel Macron et son gouvernement, notamment parmi les jeunes (51% des moins de 35 ans), les employés et ouvriers (46%), les sympathisants de la France insoumise (55%) et ceux du Rassemblement national (47%).

Pass vaccinal : les Français plutôt favorables - janvier 2022 - BVA RTL Orange

Une partie des Français juge peut-être que le Pass vaccinal n’apporte pas réellement de garanties supplémentaires par rapport au pass sanitaire, ou considère que ce ne sera pas efficace, que cela arrive trop tard ou que c’est une atteinte trop importante aux droits de certains citoyens. Quoi qu’il en soit, si l’exécutif ne rencontre pas d’hostilité majeure sur ce sujet, il ne bénéfice pas du même soutien qu’auparavant à propos des mesures relatives à sa gestion de la crise sanitaire. D’ailleurs, on notera que le ministre de la Santé, en première ligne sur ce sujet, pâtit lui aussi de la
situation et voit sa cote d’influence refluer (22%, -4).

JEAN-Michel blanquer : un français sur deux (48%) choqué

Les révélations de Mediapart indiquant que Jean-Michel Blanquer se trouvait à Ibiza lorsqu’il a annoncé le nouveau protocole s’appliquant dans les écoles la veille de la rentrée suscitent des réactions contrastées dans l’opinion et non dénuées de réflexes partisans.

Un Français sur deux (48%) se dit choqué, dont 27% qui le sont même beaucoup. Même s’ils sont moins nombreux à le déclarer, un tiers des sympathisants LREM (35%) indiquent également avoir été choqués, signe que même dans son camp, l’attitude de Jean-Michel Blanquer a pu poser question.

Blanquer à Ibiza - janvier 2022 - BVA RTL Orange

Toutefois, 52% des Français déclarent ne pas juger cela particulièrement choquant, dont 26% pas du tout. On le voit, les Français sont donc très partagés sur le sujet et les réponses s’avèrent très clivées politiquement : 62% des sympathisants de gauche se disent choqués, tandis que 56% des sympathisants de droite ne le sont pas.

Au global, la cote d’influence de JeanMichel Blanquer recule de 3 points : 14% souhaitent qu’il ait de l’influence à l’avenir, contre 17% en décembre. Cette polémique n’est donc pas sans laisser de trace dans l’opinion.

valérie pécresse, marine le pen et jean-luc mélenchon confortent leur première place auprès de leurs sympathisants

Valérie Pécresse maintient sa première place dans notre classement des cotes d’influence auprès des sympathisants LR (76%). C’est aussi le cas de Jean-Luc Mélenchon après des sympathisants LFI (87%). Même chose pour Marine Le Pen auprès des sympathisants RN (94%), loin devant Eric Zemmour malgré une progression de 9 points (59%).

C’est également le cas pour Yannick Jadot, mais dans des proportions nettement moins élevées, ce qui est assez révélateur : 59% « seulement » des sympathisants EELV souhaitent qu’il ait de l’influence à l’avenir. Auprès des sympathisants PS, le flou est encore plus grand. Seuls 31% d’entre eux souhaitent qu’Anne Hidalgo joue un rôle dans la vie politique française à l’avenir (au même niveau que Jean-Luc Mélenchon), contre 34% pour Yannick Jadot, 46% pour Christiane Taubira…. et 50% pour François Hollande, en tête du classement.

S’ils ne peuvent être assimilés à des intentions de vote, ces résultats traduisent toutefois indéniablement les problèmes de leadership à gauche, notamment parmi les sympathisants EELV et PS. Il sera intéressant de voir comment évoluent ces résultats dans les prochaines semaines, notamment après le vote de la Primaire populaire.

ADÉLAÏDE ZULFIKARPASIC
ADÉLAÏDE ZULFIKARPASIC

Directrice BVA Opinion

Télécharger le rapport