La grande conversation 2022 : Retour sur le débat de l’entre-deux-tours

En partenariat avec :

A l’occasion du traditionnel débat d’entre-deux-tours, qui a opposé comme en 2017 Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les membres de notre communauté ont été invités à faire part de leurs réactions et commentaires tout au long de la soirée, lors d’un live tchat. Pour faciliter les échanges, ils ont été divisés en 5 groupes en fonction de leur intentions de vote au second tour et de leur vote au 1er tour : électeurs potentiels d’Emmanuel Macron (un groupe ayant voté pour lui dès le 1er tour, un groupe n’ayant pas voté pour lui et venant principalement de la gauche) ; électeurs potentiels de Marine Le Pen ; indécis entre les deux candidats ; abstentionnistes ou votants blanc potentiels. Au terme de ces presque trois heures d’échanges en direct au sein de chaque groupe, une impression ressort assez nettement : ce débat n’aura pas vraiment fait bouger les lignes, confortant chacun dans ses opinions, y compris chez les hésitants.


Des attentes mesurées à l’égard du débat

Une posture plutôt attentiste

Invités à s’exprimer sur leur état d’esprit avant le débat, la plupart des membres de la communauté adoptent une posture assez attentiste, entre espoir que les échanges soient de bonne tenue, sur le fond comme sur la forme, et crainte que ce ne soit pas le cas et qu’on assiste à une joute à base de « punchlines » sans aborder le fond des programmes.

« Espérons un bon débat… »

(sûr d’aller voter pour Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

«  J’ai hâte de voir la force de conviction des deux candidats, et de juger sur pièce de leurs objections. »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Des programmes clairs, posés, des chiffres et la fin des petites phrases. »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Curieux de voir comment vont se comporter les candidats, si ils vont se contenir »

(hésitant entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron)

« Ce débat risque d’être triste et j’attends les petites phrases qui resteront dans les annales »

(hésitant à aller voter ou à voter blanc)

Avec en toile de fond une forme de lassitude à l’égard d’une campagne dont certains sont pressés qu’elle se termine.

« Assez impatient que les élections aient lieu. Je suis content que cette campagne se termine »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

Une certaine inquiétude chez les électeurs convaincus : « leur » candidat va-t-il s’en sortir ?

Pour ceux qui ont l’intention de voter pour Emmanuel Macron, la crainte de voir arriver l’extrême droite au pouvoir est prégnante et génère une réelle inquiétude, avec en creux l’appréhension de voir Marine Le Pen dominer le débat :

« De mon côté pour la première fois je ne suis pas sereine sur les élections. Je pense que l’extrême droite pourrait passer dimanche… »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayantdéjà voté pour lui au 1er tour)

«  Terrifié par la possibilité d’une victoire de Marine le Pen »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, n’ayant pas voté pour lui au 1er tour)

Du côté des électeurs potentiels de Marine Le Pen, le débat de 2017 a laissé des traces et on sent une certaine appréhension de leur part sur l’issue du débat : la candidate du Rassemblement national est attendue au tournant.

« J’espère que ce sera d’un niveau supérieur à celui d’il y a 5 ans »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Inquiète car pas envie d’avoir Jupiter encore 5 ans »

(sûre d’aller voter pour Marine Le Pen)

Un débat plutôt dominé par Emmanuel Macron mais Marine Le Pen fait mouche sur certains sujets

Globalement, Emmanuel Macron est perçu comme maîtrisant mieux ses dossiers

De manière assez large, même auprès de ceux qui n’adhèrent pas à son projet, ne vont pas voter pour lui, voire éprouvent un rejet quasi épidermique à son égard, Emmanuel Macron est perçu comme maîtrisant mieux ses dossiers tandis que Marine Le Pen est jugée plus imprécise dans son argumentation. C’est particulièrement le cas lorsqu’on aborde le sujet de l’international ou de l’économie.

« [Il est] beaucoup plus concret, on sent l’expérience d’un président »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

« On voit clairement qu’il connaît tous ses sujets et qu’elle est floue même si elle est plus sereine qu’en 2017 »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

« On sent non seulement le Président mais aussi le spécialiste de l’économie. »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

« Emmanuel Macron se défend bien, sur des faits concrets, du concret et du réel. Cette expérience concrète le rend meilleur sur ce thème [l’Europe]. »

(sûr d’aller voter E. Macron, n’ayant pas voté pour lui au 1er tour)

« [Elle est] incapable de défendre ce qu’elle avance »

(sûr d’aller voter E. Macron, n’ayant pas voté pour lui au 1er tour)

« Macron montre des signes comme quoi il connait mieux le sujet de son interlocutrice »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Il donne l’impression de connaitre mieux son sujet. il donne des exemples précis, des chiffres. »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Marine Le Pen, je n’arrive pas à voir où elle veut en venir »

(hésitant entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron)

Une maîtrise des dossiers par Emmanuel Macron qui, si elle est concédée par les électeurs potentiels de Marine Le Pen sur certains sujets, ne contribue néanmoins pas à les convaincre. Ils expriment ainsi souvent à l’égard du programme de la candidate du Rassemblement national « l’envie d’y croire », même si parfois ils peuvent douter que cela soit réalisable.

« Tous ses contre-arguments, qui même si ils sont vrais, ne font pas mouche car en fait on n’a pas envie de le croire (attitude, gesticulations, suffisance, …) »

(Sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Je ne sais pas vraiment en fait, j’aimerais y croire. Je suis en retraite sans retraite pleine, on aime toujours croire à ce qu’on nous promet mais il faut être raisonnable

(Sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

Une posture jugée trop arrogante et condescendante de la part du Président sortant

Cet avantage a toutefois un revers : le sentiment largement partagé qu’Emmanuel Macron est arrogant, condescendant, donneur de leçon. Beaucoup de participants relèvent qu’il coupe souvent la parole de Marine Le Pen et semble la mépriser, ou dénoncent son attitude corporelle et ses mimiques, ce qui tend à le desservir, certains indiquant même qu’il est « mal élevé ». Cette perception est particulièrement prégnante chez ceux qui n’ont pas l’intention de voter pour lui ou hésitent, mais elle est également présente chez ceux qui ont voté pour lui et s’apprêtent à le refaire.

« Le prof a la parole »

(hésitant à aller voter ou à voter blanc)

« Pas la bonne posture : Il croise les bras, il refuse la discussion, le contact ; Il ne sait pas rester calme, cela joue contre lui »

(sûr d’aller voter pour Marine Le pen)

« Macron légèrement arrogant, mais nous savons que c’est son personnage »

(sûr d’aller voter pour E. Macron, ayant déjà voté pour lui au 1er tour)

« Il maitrise le fond et la forme des sujets mais il apparait un peu arrogant envers Marine Le Pen »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« Pourquoi la coupe-t-il toujours ? »

(hésitant à aller voter ou à voter blanc)

« Je le trouve bien trop sûr de lui et il a réponse à tout, il ne la laisse peu parler… »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« Il la prend de haut je n’aime pas »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« Son sarcasme et son non verbal trahissent ce que je pense être de l’arrogance, il est au point sur les chiffres, mais il n’a pas réussi a prendre le dessus »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« Je trouve que la tenue d’Emmanuel Macron en se tenant la tête n’est pas correcte »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« [Il n’est] même pas capable de se tenir correctement, on dit aux enfants de ne pas mettre les coudes »

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

En revanche – et c’est une exception notable – ce reproche n’est pas présent chez les personnes qui ont l’intention de voter pour lui mais ne l’ont pas fait au 1er tour (en votant surtout à gauche) Peut-être est-ce parce que leur vote à venir, qui est généralement un vote motivé par le rejet de Marine Le Pen et n’est pas mû par une adhésion au projet d’Emmanuel Macron, est déjà intériorisé, rationnalisé et presque accepté à contre cœur ; au point que sur le fond, les attaques à l’égard de Marine Le Pen leur conviennent bien, sans qu’ils ne craignent, contrairement à ceux qui ont déjà voté pour lui au 1er tour, qu’il ne perde trop de plumes puisque dans le fond, le sort d’Emmanuel Macron leur importe peu.

Marine Le Pen marque des points sur certains sujets (santé, retraites, sécurité) mais pas sur le pouvoir d’achat où elle était attendue

Si globalement, Marine Le Pen convainc ses électeurs potentiels sur la quasi-totalité de son programme, elle parvient également à marquer des points auprès de ceux qui ont l’intention de voter pour Emmanuel Macron ou les hésitants sur certains sujets comme l’hôpital, les retraites ou la sécurité, essentiellement parce que le bilan d’Emmanuel Macron en la matière est jugé très décevant, notamment sur la santé et que par effet de contraste, la parole de la candidate du Rassemblement national parait plus crédible que la sienne.

Elle parvient ainsi à donner le sentiment qu’elle est plus capable qu’Emmanuel Macron de « parler aux gens » ou de comprendre leurs problèmes, ce qu’on retrouve dans nos enquêtes quantitatives.

« Elle est posée, déterminée, claire et s’adresse à tous. »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« [Sur la sécurité] On est devenu honteux de qui on est à passer notre temps a demander pardon. Résultat on n’ose plus rien, plus sanctionner plus durcir, de peur de passer pour des fachos ou des reacs »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« [Sur les EHPAD] Marine Le Pen montre que ce sujet l’intéresse, la touche, elle parle de choses concerètes et réalistes »

(hésitant entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron)

« [Sur l’hôpital] Encore une fois, je trouve Marine le Pen plus humaine sur ce sujet .Macron toujours trop tactique et passe son temps à denigrer son adversaire. Mais qu’a-t-il fait pour le personnel soignant ??? Hormis les mettre encore plus en difficulté, je ne vois pas … »

(hésitant à voter ou voter blanc)

« C’est vrai plus personne ne trouve de médecin dans les campagnes »

(hésitant à voter ou voter blanc)

En revanche, alors même qu’elle était attendue sur le thème du pouvoir d’achat, Marine Le Pen parait moins convaincante, notamment sur la manière dont elle peut financer ses proposions, et les participants s’étonnent même qu’elle ne bouscule pas davantage Emmanuel Macron sur ce sujet.

« Elle veut baisser la fiscalité de toutes parts mais cela ne semble pas très clair de savoir comment on finance tout ça ? Dette publique ? »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« C’est facile de dire je vais donner et encore donner. Paroles…paroles elle fera comme elle pourra comme tous »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Sur cet échange des augmentations de salaires, Macron 1 Le Pen 0 »

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« Le pouvoir d’achat était le thème fort de Le Pen, c’est étonnant qu’elle se soit faite ainsi manger depuis vingt minutes…!

(sûr d’aller voter pour Emmanuel Macron, n’ayant pas voté pour lui au 1er tour)

« Elle veut toujours faire beaucoup de choses mais la réalité est autre il faut financer tout ça et elle ne parle pas de ça »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

Plus généralement, de nombreux participants ont trouvé Marine Le Pen un peu en retrait alors qu’ils s’attendaient à la voir plus pugnace lors du débat. Mieux préparée, souhaitant manifestement asseoir une stature présidentielle et ne pas réitérer les erreurs de 2017 en étant trop agressive, Marine Le Pen a pu donner le sentiment d’être un peu « en retenue » et de se dénaturer.

Un débat souvent technique qui perd une partie des participants

Si les électeurs convaincus par un candidat ou un autre sont plutôt confortés dans leurs opinions et apprécient la bataille d’arguments sur les différentes thématiques, on note, chez les indécis surtout, une certaine difficulté à appréhender les termes du débat, jugé trop technique : beaucoup sont perplexes face à l’avalanche de chiffres et ne comprennent pas forcément tous les mots utilisés (« annuités » pour les retraites, « MERCOSUR »…).

Le risque est grand de réduire la politique à un débat d’experts qui parle aux plus avertis mais exclut les plus démunis, en renforcant leur éloignement à l’égard de la politique et en accentuant la fracture entre deux France, avec en toile de fond ce reproche lancinant qu’on ne fait finalement « rien pour les Français ». Un constat qui a pu être renforcé parfois par le sentiment que les deux adversaires étaient focalisés sur leurs querelles, comme un « vieux couple qui se dispute », sans prêter attention aux personnes qui les écoutent.

« Comme d’habitude je ne comprends pas grand chose à ce qu’il dit, beaucoup de mots comme à son habitude, j’ai beaucoup de mal avec ses discours »

(hésitant entre Marine le Pen et Emmanuel Macron)

« On est combien à savoir ce qu’est le Mercosur ?? »

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« C’est quoi le travail détaché ? » 

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« L’impression d’assister à une dispute de couple par moment. Ils se perdent dans leur « dispute » et survolent les vrais enjeux. » 

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« Il fait des belles phrases, place des mots techniques mais moi je veux du concret »

(sûr de voter pour Marine Le Pen)

Des électeurs globalement confortés dans leurs opinions après le débat

En définitive, la plupart des membres de la communauté conservent, à l’issue du débat, leur positionnement initial : les électeurs potentiels d’Emmanuel Macron restent convaincus de leur vote, tout comme ceux de Marine Le Pen ; et les indécis… restent indécis ou refusent de choisir, le débat ne les ayant fait pencher d’aucun côté. A noter chez ces ceux qui hésitent même à aller voter ou à voter blanc, une réelle difficulté à choisir entre Emmanuel Macron, qu’ils rejettent souvent de façon virulente, et Marine Le Pen, qui ne leur parait vraiment pas à la hauteur ni constituer une alternative crédible.

Moins violent qu’en 2017 – tous s’accordent à dire que cela s’est mieux passé et reconnaissent à Marine Le Pen de réels « progrès » –, ce débat n’aura cependant pas permis de faire bouger les lignes, comme c’est en réalité souvent le cas depuis le premier débat organisé en 1974.

« Ca n’a pas changé ma décision pour le deuxième tour mais Marine Le Pen ce soir assure mieux qu’il y a 5 ans, tout en faisant valoir ses idées et son programme. Elle s’appuie bien sur les désappointements du peuple… »

(sûr d’aller voter pour E. Macron mais n’ayant pas voté pour lui au 1er tour)

« Je vais rester sur un vote blanc car je ne veux pas de 5 ans de plus de Emmanuel Macron et pas non plus de Marine Le Pen qui n’a pas pour moi les capacités nécessaires pour ce poste. »

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« Le débat aurait pu me convaincre de changer mon vote mais les deux ont râté le coche. »

(hésitant à aller voter ou voter blanc)

« J’avais voté pour elle au 1er tour et je vais de nouveau voter pour elle au 2nd tour, par conviction »

(sûr d’aller voter pour Marine Le Pen)

« Match nul, 0 – 0, et le niveau est nul aussi. »

(hésitant entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron)

Pour conclure, ce verbatim, issu du groupe des indécis ou votes blancs, illustre parfaitement le sentiment général de ce débat tel que ressenti par les membres de notre communauté :

« Au final, un bilan qui ne changera pas le résultat de l’élection ni le choix des électeurs indécis. Il aurait fallu que Marine Le Pen soit meilleure et profite des failles et faiblesses d’Emmanuel Macron, ce qu’elle n’a pas su faire. Emmanuel Macron a été arrogant, insupportable dans son comportement mais globalement plus clair dans ses propos. Marine le Pen a été bien meilleure qu’en 2017 (mais ce n’était pas difficile) mais a râté le coche d’appuyer sur les sujets qui auraient pu mettre Emmanuel Macron en difficulté comme les retraites, la sécurité et le pouvoir d’achat et une conclusion trop mécanique »

A l’aune de cette discussion, Emmanuel Macron semble donc en position plus avantageuse pour aborder le second tour. S’il est réélu, il ne pourra toutefois pas bénéficier du même élan qu’en 2017 et il aura la lourde tâche de tenter de rassembler les Français autour d’un projet auquel ils n’adhèrent pas majoritairement, notamment sur les retraites, à l’instar des électeurs de gauche qui s’apprêtent à voter pour lui avant tout pour faire barrage à Marine Le Pen et non par conviction. C’est plus généralement sur les questions sociales et environnementales qu’il sera attendu, là où il a paru moins convaincant que sur l’international.

CHRISTELLE CRAPLET
CHRISTELLE CRAPLET

Directrice de projet Présidentielle 2022

ENCADRE DE METHODE :

Terra Nova a fait appel à BVA pour constituer et animer une communauté citoyenne, composée de 50 personnes reflétant la diversité de la société française, dans leur genre, leur âge, leur catégorie socio-professionnelle, leur niveau de qualification, leur origine régionale mais aussi leur sensibilité politique.

Ceux-ci ont été invités à s’exprimer au sein de cinq tchats écrits (sur la plateforme HD quali) le 20 avril 2022, dans le cadre de 5 sous-groupes segmentés selon leur intention de vote au second tour et leur vote au 1er tour.